Une décoration écoresponsable : Les conseils d’Adelia Demachy, architecte et décoratrice d’intérieur

Comment décorer tout en étant « écoresponsable » ? C’est une question fondamentale. Amilcar Business s’intéresse et défend l’écoresponsabilité tout comme l’innovation.
Getting your Trinity Audio player ready...

Comment décorer tout en étant « écoresponsable » ? C’est une question fondamentale. Amilcar Business s’intéresse et défend l’écoresponsabilité tout comme l’innovation.

Rachel Joulia-Helou, rédactrice en chef AMILCAR BUSINESS & AMILCAR MAGAZINE GROUP
Comment introduire cette conscience de notre environnement dans son projet de décoration ?

C’est avant tout une question de sensibilité, de conscience de son environnement et d’une façon de l’intégrer dans nos gestes et nos envies, sans pour autant que cela ne devienne une obsession, ni une obligation absolue. Il s’agit donc d’embrasser ce qui nous entoure, et nos besoins, et d’y répondre de manière raisonnable et progressive.

Pour répondre à cette question, il faut impérativement penser son projet de manière globale (et pas petits bouts par petits bouts), en allant du champ le plus large au détail.
Adelia Demachy, architecte et décoratrice d’intérieur

L’architecture d’intérieur n’est pas est une fin en soi. C’est un moyen extrêmement puissant de créer un cadre qui fait vibrer, qui exprime la joie, la convivialité, l’authenticité… la vie.

Sans oublier l’écoresponsabilité, au cœur de mon ADN déco. Que ce soit pour des projets d’appartements, de maisons, de bureaux, de haras ou encore de boutiques, j’étudie chaque projet avec la passion et surtout la curiosité qui m’animent et aucun projet n’échappe à ma vision exigeante de l’éco-responsabilité. „

Adelia Demachy, architecte et décoratrice d’intérieur

Adelia Demachy, architecte et décoratrice d’intérieur, nous délivre de précieux conseils pour cela, tels que : 

  • Adopter le “LIID” (Low Impact Interior Design)
  • Contrôler sans se casser la tête
  • Ne garder que l’essentiel 
  • Oser la créativité

Adelia Demachy, architecte et décoratrice d’intérieur, répond à cette question en nous apportant des 5 conseils.

1 – Adoptez ce qu’elle appelle le “LIID” – Low Impact Interior Design

Observez les différents labels qui certifient vos envies. Il existe aujourd’hui des labels qui permettent d’évaluer la traçabilité, l’impact environnemental, mais aussi l’impact sur la santé ! Pour n’en citer que quelques-uns…

  • Le label FSC®, qui garantit que les bois utilisés se conforment aux procédures de gestion durable des forêts,
  • La certification NF Environnement®, qui garantit la conformité d’un produit à des normes, ainsi que la limitation de ses impacts sur l’environnement tout au long de son cycle de vie : de sa fabrication jusqu’à son élimination.
  • Le label Excell Zone Verte qui aide au choix de produits compatibles avec la qualité de l’air intérieur des bâtiments industriels ou agricoles destinés à
    abriter des denrées alimentaires.
  • Les étiquettes de classe énergétique de A à G. (les signes « + » ont disparu depuis le 1er septembre 2021) qui permettent d’évaluer les produits et appareils
    électroménagers neufs qui vont équiper votre domicile en évaluant leur consommation d’énergie annuelle (exprimée en kilowattheures (kWh)).
  • Le label Oeko-Tex® Standard 100 qui par le biais de tests, permet d’évaluer tous les produits textiles bruts, semi-finis et finis à toutes les étapes de traitement ainsi que tous les matériaux accessoires, afin de déterminer s’ils contiennent des substances nocives ou dangereuses pour le corps humain.
  • La certification « Made in green » vise à garantir la traçabilité d’un produit textile ou cuir certifié, l’absence de substance nocive ainsi que la garantie que le produit ait été manufacturé au sein d’un établissement respectueux de l’environnement et de ses conditions de travail, conformément aux certifications Standard 100 ou Leather Standard, en fonction du type de produit.
  • Le Label EU Ecolabel Européen Textile dont la charte est moins complexe que d’autres labels mais elle reste tout de même regardante avec : o Une teneur minimale exigée en fibres PET recyclées pour le polyester, o Un pourcentage minimum soit de coton bio, soit de coton cultivé en lutte intégrée pour certains vêtements en coton ou autres fibres naturelles. Par exemple, les vêtements pour enfants de moins de 3 ans – qui sont considérés comme particulièrement sensibles en termes de santé – doivent contenir minimum 95% de coton biologique
  • Le label « ORIGINE FRANCE GARANTIE » dont le cahier des charges certifie : o Une confection faite intégralement en France. Que ce soit pour la coupe, le montage ou encore la finition du vêtement, o Une origine française à hauteur de 50% minimum du coût de production ou prix de revient unitaire.

Préférez ainsi des MATÉRIAUX FABRIQUÉS EN FRANCE (question d’impact environnemental) et, pourquoi pas, fabriqués à partir d’éléments naturels (= écosourcés).

Depuis que je fais ce métier, je n’utilise que des peintures à l’eau qui en plus d’un impact environnemental positif, bénéficient d’un label écologique, toujours chez le même fabricant historique qu’est UNIKALO®. Et vous serez surpris de voir que cela vous reviendra parfois même moins cher qu’une peinture d’éditeur !

2.Contrôlez sans vous casser la tête

À l’heure de la démocratisation de la LED, vous n’avez plus d’excuse pour revoir votre copie question conso électrique. Vous n’êtes pas obligé(e)s de tout passer en domotique ou en circuit 5 fils, il vous suffit de commencer par changer vos ampoules. Attention à ne pas prendre des LED dimmable si votre installation ou votre luminaire ne les supporte pas. De la même manière, attention à la température de couleur des ampoules que vous allez installer. La température va avoir un impact direct sur l’ambiance lumineuse que vous voulez créer (ou conserver). Il faut par ailleurs que les températures des luminaires d’une même pièce soient cohérentes, autrement on risque vite de se sentir comme quand une fête foraine. Un simple capteur de présence peut aussi se rendre utile pour contrôler sa conso. De même pour la plomberie, la plupart des fabricants proposent aujourd’hui des robinetteries avec un économiseur d’eau, qui permettent de contrôler le débit.

3.Pour imaginer vos espaces, économisez-vous et ne gardez que l’essentiel

Limitez-vous à ce que vous pensez réellement utile et indispensable. Pour vous donner un exemple : pour la salle de réunion des bureaux de Statera, je me suis dit qu’à l’heure du digital et des problématiques écologiques, il était temps de créer un espace SANS bureau ! D’abord, tout le monde, et particulièrement dans le secteur d’activité de mon client, travaille sur des ordinateurs. Ensuite, à quoi bon avoir un papier et un crayon, si ce n’est pour faire répéter celui qui parle parce qu’on était trop occupé à écrire la phrase d’avant ? Donc exit la table de réunion et place à un salon intime et propice à l’échange. Il en est de même chez vous : est-ce qu’un bureau va avoir un véritable sens ?

4.Osez la créativité

Respirez, pensez à vos envies, celles qui persistent, laissez-vous aller. Inutile de vous salir les mains si vous n’en n’avez pas le cœur (ou l’habileté), il suffit parfois de réutiliser un matériau ou un élément là où on ne l’attendait pas. N’hésitez pas à composer vos propres coussins ou tapis, à partir de tissus d’ameublement que vous aurez récupérés ; poncez et repeignez votre commode ou vos tables de chevet… Vous pouvez aussi tout simplement utiliser des papiers peints en lin recyclé avec pour motifs de véritables pétales de fleurs ou de paille de bois ou pourquoi pas les faire vous-même.

5. Mélangez

Pour les détails, la petite décoration, « l’accessoirisation », pensez « métissages » : il y a forcément des voyages dont vous avez collectionné les souvenirs, ou bien des meubles, des tableaux, des photos, des objets auxquels vous pouvez donner une seconde vie, dont vous pouvez détourner l’usage premier. Gardez-les  ! J’aime les métissages pour l’histoire qu’ils racontent, j’aime les mélanges en ce qu’ils sortent du consensus, en ce qu’ils ont d’originaux et de personnels. C’est cela qui me permet de rêver. Au cœur de mon travail : « faire vivre » un appartement, une cuisine ou encore des bureaux. Je cherche à insuffler l’intime dans la modernité, à intégrer le métissage dans les murs de chez soi.

Site : adeliademachy.com
LinkedIn : Adélia Demachy
Instagram : @adeliademachy

A propos :

À 38 ans, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Adelia Demachy ne laisse personne indifférent. Son parcours est aussi singulier que sa personnalité est des plus solaire !

Il faut dire qu’avec un papa – Alain Demachy (Architecte, Antiquaire, Décorateur) et un oncle – Jean Demachy (Directeur artistique au Figaro (1949-52), Directeur de la rédaction du magazine Elle (1983-97) et Directeur de la rédaction (1987-96) du magazine Elle Décoration), Adelia a de qui tenir…

Avec une énergie hors-norme qui la caractérise pleinement, Adelia dépoussière les codes de la décoration pour imposer trois nouveaux paradigmes :

• Une déco écoresponsable

• Une déco disruptive

• Une déco intemporelle

SÉLECTIONS :

  • Rachel Joulia-Helou, rédactrice en chef AMILCAR BUSINESS & AMILCAR MAGAZINE GROUP
  • Alexandre Joulia, photographe et rédacteur en chef adjoint AMILCAR BUSINESS & AMILCAR MAGAZINE GROUP

AMILCAR MAGAZINE à découvrir sur Linktr.ee : https://linktr.ee/amilcarmagazine

AMILCAR MAGAZINE GROUP

ABONNEMENT Amilcar Magazine & THE RIGHT NUMBER MAGAZINE : 

CLUB AMILCAR GROUP :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

16 − 2 =

You May Also Like
Read More

La Fragrance Foundation a rendu hommage à Nicolas Hieronimus lors de sa cérémonie annuelle de remise des prix de l’industrie à New York.

L’Oréal a annoncé en juin 2023 que son Directeur Général, Nicolas Hieronimus, s’est vu décerner le Hall of Fame de la Fragrance Foundation, distinguant une carrière remarquable au cours de laquelle il a contribué chez L’Oréal à l’essor de la parfumerie de luxe et où il a largement développé l’accès aux parfums de luxe dans le monde entier.
Read More